En ligne actuellement

Nous avons 490 invités en ligne

Rechercher

Abonnés enregistrés



Prochains numéros

2017

 LXII 5 - N° 253 La Tradition septembre-octobre prévu pour fin septembre

 LXII 6 - N° 254 Eduquer à la liberté  novembre-décembre

2018

Notre Père IV: le Pardon

 

Abonnés enregistrés

Pour recevoir le courrier de Communio et avoir accès aux numéros épuisés.





010. Les fondateurs

Hans Urs von Balthasar est "le" fondateur de Communio, revue catholique internationale dès sa conception.

Joseph Ratzinger et Daniélou ont participé dès l'origine à sa fondation en 1969.

La revue "francophone" est due à la participation de Henri de Lubac mais aussi de très jeunes laïcs de moins de 30 ans en 1974: Rémi Brague, Jean Duchesne, Jean-Luc Marion en ont assuré tant la partie pratique que la structuration philosophique et théologique qui a perduré.

Le n°103 de COMMUNIO a été consacré à Henri de LUBAC, alors que le numéro 199 de septembre-octobre 2008 "Henri de LUBAC: L'Eglise dans l'Histoire" est consacré à son premier livre, publié en 1938: "Catholicisme"



Naissance et premiers pas Imprimer
Écrit par Communio   

 La Revue catholique internationale Communio est née sur les bords du Tibre, à Rome, lors d'un dîner entre plusieurs membres de la Commission théologique internationale en 1969 : se trouvaient là un chilien, Jorge Medina Estevez, trois français (Henri de Lubac,sj, Louis Bouyer, po, M.-J. Le Guillou, op) et un allemand, Joseph Ratzinger.

Les revues allemande et italienne parurent dès 1972, accompagnées par un supplément à la revue yougoslave (en Croatie). La revue allemande a fêté les 16-17 et 18 mars ses 40 ans. A cette occasion Benoît XVI a envoyé le message joint.

 L'édition francophone a publié son N°1 en septembre 1975 avec la confession de foi. Hans Urs von Balthasar en écrit l'éditorial: Un programme: COMMUNIO.

 
Un bourgeon de la renaissance du catholicisme Imprimer
Écrit par Paul DREYFUS   

ON a dit que nous étions les nouveaux chrétiens, comme il y a les nouveaux philosophes. On a dit que nous étions les nouveaux Théologiens. Mais non. Nous sommes simplement des chrétiens, qui se passionnent pour la théologie.

Une copie scannée (avec correction des fautes d'impression) de "Le Journal du 7 - VIII- 79, page 11